Tour Saint-Marc (Venise) – Wikipédia

les Tour Saint-Marc (italien Campanile de Saint-Marc) est le campanile (clocher) de la basilique Saint-Marc de Venise. Sa hauteur est de 98,6 mètres, ce qui en fait le plus haut bâtiment de Venise. A l’origine, sa flèche servait de phare aux navires.

La tour est considérée comme un symbole de la ville. Traditionnellement, il s’appelait « El paron de casa » (le maître de la maison) en vénitien. De nombreuses tours en Vénétie, en Slovénie, en Croatie et aussi loin que la Dalmatie, à l’origine un dominion vénitien, ont été érigées comme citations de la tour Saint-Marc et sont donc des signes visibles de la règle du sérénissimela République historique de Venise.

Le bâtiment précédent (photo d’environ 1860 à 1880)

La construction de la tour a commencé entre 888 et 911 sous le Doge Pietro Tribuno. Les travaux de construction ont été interrompus à plusieurs reprises; la tour a été achevée sous le Doge Tribuno Memmo (979-991), une flèche en terre cuite a été achevée en 1152 sous le Doge Domenico Morosini, principalement par les frères Pietro et Giovanni Basilio. Le dernier étage avec les arcades sonores encore visibles aujourd’hui fut ajouté en 1178 et remanié en 1329. La flèche a été ajoutée en 1510 et couronnée en 1517 par une statue de l’archange Gabriel. La sculpture en bois est recouverte d’une feuille de cuivre doré.

Une coutume a été documentée pour le mardi du carnaval depuis 1548, une performance acrobatique sur une corde tendue depuis la tour. Ce soi-disant «volo de angelo» (vol des anges), à l’origine «volo de turco» (vol des Turcs après le premier à avoir réalisé cet exploit), se retrouve également dans les peintures, par ex. B. de Canaletto et Francesco Guardi ont été enregistrés.

Les ruines du Campanile le 14 juillet 1902

Élévation, coupe et plans au sol (1831) avant l’effondrement – la reconstruction est en grande partie identique

Des tremblements de terre et des éclairs ont causé à plusieurs reprises des dommages à la tour, nécessitant des travaux de restauration. Le 14 juillet 1902, environ dix heures moins le quart[1] La tour s’est effondrée après que de grandes fissures se soient formées dans la maçonnerie quelques jours plus tôt à la suite du retrait des ancrages métalliques à l’intérieur de la tour pour installer un ascenseur. La tragédie a causé beaucoup de consternation et de tristesse dans le monde entier. Le conseil municipal de Venise a décidé à l’unanimité le soir de l’effondrement de la tour de reconstruire le campanile tel et où il avait été (com’era e dov’era). L’architecte viennois Otto Wagner a déclaré dans une interview au journal Le piccolo (Trieste) du 17 juillet 1902, cela reviendrait à falsifier l’histoire de l’architecture si le campanile devait être reconstruit à l’ancienne, mais cela rencontra des réactions massivement négatives.

Lorsque la tour s’est effondrée, l’arrière de la Biblioteca Nazionale Marciana directement adjacente a également été gravement endommagé. Cependant, les travaux de réparation des dégâts avancent rapidement, si bien que la bibliothèque peut être rouverte au public en 1912.

La reconstruction de la tour a commencé le 25 avril 1903. La nouvelle construction, en plus de la maçonnerie traditionnelle, est en partie en béton armé, ce qui rend la tour, conçue avec l’aide de l’entreprise d’ingénierie de Giovanni Antonio Porcheddu, nettement plus légère.[2] Le 25 avril, jour de la Saint-Marc 1912, la tour restaurée est inaugurée. Les fondations sur pieux se sont avérées très bonnes après presque 1000 ans, ont été complètement pétrifiées et n’ont donc été que renforcées. Cependant, cela a conduit à de nouveaux problèmes qui menaçaient de devenir aigus près de 100 ans plus tard. En 2008, on a donc commencé à sécuriser la tour Saint-Marc avec une ceinture en titane.[3] Un escalier a été construit à la place de la rampe intérieure menant vers le haut. Aujourd’hui, le beffroi de la tour est accessible par un ascenseur payant.

Les façades en briques, créées sur un plan carré, sont décorées de bandes de pilastres.

Les cinq cloches en bronze de la plus haute tour de la ville peuvent être entendues dans toute Venise, c’est pourquoi elles servaient à l’origine non seulement à appeler au culte, mais chacune avait une fonction spécifique à l’époque républicaine. les Renghiera ou alors Maleficio annoncé une exécution qui Nona a sonné à midi, le Mezza Terza appela les sénateurs au Palais des Doges et le Trottiera a annoncé qu’une réunion du Grand Conseil allait bientôt commencer. Lorsque la tour s’est effondrée, il ne restait que la plus grosse cloche marangona, qui avait été refondu en 1819, en bon état. Le Marangona était sonné au début et à la fin d’une journée de travail et au premier appel à une réunion du Grand Conseil. Les autres cloches sont refondues à Milan en 1909 : le pape Pie X les paie. L’accord du carillon le plus profond et le plus lourd de Venise correspond à la gamme de la majeur. Les cloches individuelles sont suspendues dans un clocher en acier sur des jougs en bois décorés répartis sur le clocher. Les deux plus grosses cloches (Marangona et Nona) sont légèrement coudées et les trois autres cloches (Trottiera, Mezza Terza et Renghiera) ne sont pas coudées. La suspension du battant des cloches est renforcée par des câbles en acier (il s’agit d’une protection antichute pour le battant afin qu’ils ne puissent pas être éjectés de la tour s’ils se cassent) et des tiges métalliques, qui servaient autrefois à la sonnerie manuelle, sont toujours attachées à certains jougs de cloche. Aujourd’hui encore, les cinq cloches sonnent régulièrement, principalement à des fins liturgiques, à l’aide d’un entraînement électrique. La Nona sonne à 7h00 le matin, à 12h00 et à minuit à 00h00. Le Marangona élève la voix lors des funérailles. En semaine, les cloches de Renghiera et Mezza Terza sonnent à 14h00, à 17h00 et 18h30 les cloches de Renghiera, Mezza Terza et Trottiera sonnent, à 20h00 la Trottiera sonne en soliste. Cette sonnerie d’angélus du soir varie selon les saisons. Le plénum, ​​c’est-à-dire le tintement simultané des cinq cloches, retentit les samedis et veilles de fêtes à 18h30, et les dimanches et jours fériés à 10h00, 11h00, 14h00. 17h00, 17h00 et 18h00 : 30h00 Lorsque plusieurs cloches sonnent, la plus petite cloche commence généralement toujours et les autres cloches sont ensuite ajoutées par ordre croissant de taille, de sorte que la cloche la plus grave commence à sonner. Lors de la sonnerie, la plus petite ou la plus grande cloche peut sonner en dernier.[4]

Non. Nom de famille Nominal
(croches doubles)
Fonctions spéciales, par ex. temps de la république masse (kg) Année roulette
1 marangona un0 1. Convocation du Grand Conseil, début et fin de journée de travail 3625 1819 Canciano dalla Venezia
2 Nona/Mezzana H0 à midi 2556 1909 Fratelli Barigozzi
3 Trottiera/Quarantia cis1 2. Convocation à la réunion du Grand Conseil 1807
4 Mezza Terza/Pregadi c’est à dire1 Sénateurs au Palais des Doges 1366
5 Renghiera/Maleficio e1 exécution 1011

Le côté nord et le côté est avec la Loggetta

Le campanile était à la fois le phare et l’emblème de la cité lagunaire. L’empereur Frédéric III. montait à cheval l’escalier en colimaçon sans marche menant au beffroi en 1452, tout comme Napoléon et Lord Byron. Quand on regarde du beffroi, on a une vue fascinante sur la ville lagunaire et en même temps une curiosité : de là on peut voir une Venise sans canaux.

La tour Saint-Marc a influencé la conception de certaines autres tours. Beaucoup se trouvent dans des villes à caractère maritime :

  • Rosolino Gattinoni : Histoire du Campanile de San Marco à Venise. 2e édition. Venise 1912.
  • Comune di Venezia (éd.): Il Campanile di San Marco riedificato. 1912
  • Le Campanile de Saint-Marc. Il crolle et le ricostruzione. 14 juillet 1902-25 avril 1912. catalogue d’exposition. Silvana Editoriale, Milan 1992, OCLC 312020794.
  • Bruno Rosada (dir.): La caduta del Campanile di S.Marco 14 juillet 1902. Venise 2002.
  1. Il existe de nombreuses indications actualisées. Le plus fiable est probablement le rapport du lendemain dans le Gazzetta de Venise est apparu. Le journaliste écrivit, entre autres : « … la tour de l’horloge, qui venait de sonner neuf heures et demie. Avec un cœur tremblant, j’ai regardé la structure fière et puissante […] J’ai une montre avec moi – 9h47, sept ou huit minutes se sont écoulées, tout autour le campanile est vide […] sa façade vers la basilique cède et se brise. » (Cité par Gerhard Tötschinger : « Seule Venise est un peu différente ». Vienne 2002, p. 79).
  2. Le campanile de San Marco – La ricostruzione sur altervista.org, consulté le 17 décembre 2020.
  3. Pierre Thomas : Un corset pour le clocher de Saint-Marc. Dans: FAZ. 11 avril 2009, page T8.
  4. campane Venezia San Marco / Cloches Basilique Saint-Marc Venisesur youtube.com
  5. Les touristes chinois affluent vers la version contrefaite des canaux vénitiens. Dans: courrier en ligne. (dailymail.co.uk [abgerufen am 11. Februar 2017]).
  6. 1453 : 大连现山寨版“威尼斯水城” 庞大欧式建筑群气势恢宏–图片频道–人民网. Consulté le 11 février 2017 (Chinois (Chine)).